Le vieux chêne survivant

Il a le tronc meurtri par l’âge et les parasites. L’an dernier, c’était dans le colza qu’il puisait son énergie (colza : plante fourragère, de la famille des crucifères, nous précise le dictionnaire. « Crucifère » : voilà un mot dont la consonance n’est guère rassurante pour un vieil arbre malade).

Chêne et orge

Cette année, il trône au milieu d’un champ d’orge (famille des graminées : beaucoup plus apaisant comme son).
A combien de générations de paysans a-t-il ainsi survécu ?