Inclinaison lisboate

Ça gîte à Lisbonne !

Déséquilibre harmonieux, sans bourrasque ni risée, seulement du fait de l’ironie des femmes et des hommes qui savent donner à ce qu’ils créent de cette gîte qui colore la vie d’un soupçon de légèreté : celui qui pose ses fesses sur ce banc aura immanquablement le cœur qui penche à gauche, quand bien-même, quelques ruelles plus loin, c’est vers la droite qu’il s’inclinera, au gré des caprices topographiques qu’habillent les pavés citadins. Pourrait-on y voir comme l’esquisse d’un souhait pour la nouvelle année : apprendre à associer toutes nos inclinaisons contraires ?