Pause solitaire

Juste une envie de ne rien faire

Bord du Douro : homme seul

Alors qu’à une quarantaine de mètres ils sont des centaines à gigoter sur les quais entre les terrasses des bars et restaurants, les animateurs de rue, les vendeurs à la sauvette et autres commerçants ambulants offrant à prix d’or une quincaillerie en toc, moi, je me pose en solo et garde mes distances, le dos au fleuve ; une pause comme une précaution dans un écart de temps que j’apprivoise provisoirement !