Le Sage de granite

Capitaine d’un cotre breton, il pouvait être colérique, surtout les soirs que la bière cadençait. Mais personne ne lui en tenait rigueur parce que chacun lui connaissait le don rare et précieux d’être juge et penseur, le plus clair de son temps. Il savait écouter, analyser, restituer avec distance et équité. Son visage tordu et rocailleux inspirait le respect.

Sur les quais comme en campagne, il était appelé le Sage de granite.

Quand un conflit éclatait et que les esprits s’échauffaient, on allait le chercher et s’il était en mer, on attendait avec impatience son retour au port pour qu’il puisse œuvrer à calmer les ardeurs des belligérants. Il s’installait alors toujours au fond d’un bar, demandait à ce que le problème lui fût exposé, réclamait le silence pour se concentrer, puis en quelques mots invitait le bon sens à de nouveau s’imposer.

Mais la faucheuse s’amuse aussi de ceux qui guident la raison. Un jour où la houle tordait le cœur des marins les plus chevronnés, notre sage partit porter secours à un bateau à la dérive. Lors d’un empannage, il perdit l’équilibre et passa par-dessus bord. Son corps coula comme une pierre que l’océan conserva.

Visage d'un brise lame de St-Malo

Toutefois, les anciens disent que son âme trouva refuge dans les brise-lames de Saint-Malo.