Le Perroquet des flots

Tout le monde connaît le Capitaine Crochet, mais presque plus personne ne se souvient du Quartier-maître Crochu. Pourtant, il manœuvra sur au moins vingt navires de commerce.

Plus que le caractère rebelle qu’il manifestait quand un ordre allait à l’encontre de ses velléités personnelles, on retiendra surtout de lui qu’il était incapable de tenir le moindre secret. À tel point qu’à bord les officiers comme les membres d’équipage l’utilisaient pour porter aux oreilles de qui de droit leurs doléances ou recommandations. Chacun allait se confier à lui en commençant par ces mots, surtout ne le répète pas, en sachant pertinemment que répéter, il le ferait, comme un écho qui rebondit entre les monts d’Arrée !

À tous les comptoirs de l’Argoat et de l’Armor réunis, il fut surnommé le Perroquet des flots.

Emporté par une lame au premier jour du printemps, il y en eut plus d’un à regretter cet homme qui jouait, malgré lui, si brillamment les messagers. La mer garda son corps comme sa dernière confidence.

Visage dans un brise-lame de St-Malo

Toutefois, les anciens disent que son âme trouva refuge dans les brise-lames de Saint-Malo.